Le Bagad, 60 ans d’un développement spectaculaire

Après le Gwenn ha du, retour sur l’histoire elle aussi récente d’un autre symbole de la Bretagne : le bagad.

Un bagad (et Bagadoù au pluriel) signifie « groupe » en breton. C’est un ensemble musical composé de trois ensembles d’instruments (appelés pupitres) : cornemuse écossaise, bombarde et percussion (caisses claires écossaises, toms et grosse caisse au minimum).

Si le bagad s’inspire très nettement des pipe-bands écossais, constitués pour leur part de sonneurs de cornemuses et d’une section batterie, ces derniers ont structuré leur musique d’une façon assez formelle alors que les bagadoù ont adopté un style beaucoup moins militaire entrainant de facto une diversité plus importante au niveau des airs interprétés ainsi que dans les styles de jeu. Une diversité qu’ils doivent également à la présence des bombardes, instrument ayant une tessiture (étendue des sons) plus large que celle des cornemuses et ouvrant par là même plus largement les voies de la polyphonie.

Bien qu’il semble faire partie du paysage breton depuis toujours, le bagad est une formation récente née seulement au lendemain de la seconde guerre mondiale. Le premier bagad voit le jour en 1948 à l’initiative de Polig Monjarret et de cheminots à Carhaix. Avant cela, c’est en 1943 que quelques sonneurs se regroupent et fondent « Bodadeg ar Sonerien » sous l’impulsion de ce même Polig Monjarret  dans un contexte général de dénigrement de l’ensemble de la culture bretonne. Cette « assemblée des sonneurs » sera quelques années plus tard le fer de lance du développement spectaculaire des bagadoù en Bretagne et sera également à l’origine d’une grande campagne de collectage d’airs.

Rapidement, la puissance et l’allure imposante dégagée par ces ensembles lors des défilés font des émules et la Bretagne se couvre bientôt de bagadoù.

Aujourd’hui les répertoires des groupes explorent les multiples facettes du patrimoine musical breton et associent de plus en plus souvent des instruments originaux qui apportent une couleur particulière (binioù kozh, cuivres, guitare électrique…) ou encore pratiquant avec d’autres styles musicaux des métissages parfois très éloignés de leur univers d’origine (rock, jazz, samba…).

La plupart des formations sont composées d’amateurs et sont regroupées par niveaux en différentes catégories, à l’image des divisions du championnat de football. Ainsi, chaque année le meilleur bagad de Bretagne est désigné et des bagadoù montent dans la catégorie supérieur tandis que d’autres descendent en fonction les points obtenus à l’occasion des concours. Face à un tel engouement, beaucoup de bagadoù ont créé leur bagadig, sorte de centre de formation pour les jeunes et tremplin vers le bagad.

On dénombre à ce jour pas  moins de 8 000 sonneurs affiliés à Bodadeg ar Sonerien. La vitalité, son ouverture et sa jeunesse ainsi que la virtuosité qui ne cesse de croitre font du bagad un élément moteur de l’identité bretonne. Incroyable de penser que le couple traditionnel breton biniou-bombarde qui connaît actuellement un succès sans précédent à frôlé la disparition à une époque si récente où sauver la musique traditionnelle passaient aux yeux de l’ensemble de la population pour un combat perdu d’avance, tant il allait à contre-courant des préoccupations de l’époque.

C’est donc un pan du patrimoine de l’humanité qui a été sauvé par l’initiative d’une poignée d’homme qui a su proposer après guerre une alternative valorisante à l’image moribonde du sonneur traditionnel breton.

La création du bagad à permis outre le sauvetage d’un pan de notre héritage culturel, de revaloriser, dynamiser et renouveler la création musicale en Bretagne. Pas mal…

Affiche ton Esprit Breton avec style et personnalité !
www.stered.eu

Articles similaires :

FERMER
CLOSE