Xavier Grall, lettres à mes filles

« Xavier Grall, lettres à mes filles » : est le titre d’un documentaire réalisé par Ariel Nathan et consacré au poète breton disparu en 1981 à l’âge de 51 ans. Ce film de 52′ sera diffusé samedi 30 janvier sur France 3 à 15h25.

D’abord la beauté du visage de Xavier Grall, ses yeux noirs fixant l’objectif du photographe. « Une gueule de Breton » disent ses collègues parisiens quand, à 22 ans, il entre comme journaliste à la rédaction de « La Vie Catholique illustrée ».

Les portraits très sixties avec Françoise, son épouse, font penser aux personnages de la beat génération. Ensuite, la « grande gueule » de Xavier Grall, en 1977, sur le plateau d’apostrophes, un visage émacié, des yeux fiévreux, une longue chevelure noire tombant sur les épaules, la cigarette aux lèvres, face aux rondeurs d’un Jakez Helias, auteur du « Cheval d’Orgueil », au sommet de son succès, tirant placidement sur sa pipe.

« Le Cheval d’Orgueil est un beau tombeau pour un peuple que l’on croit mort. J’ai essayé, pour ma part d’écrire une petite stèle à un peuple que je crois vivant. »

Chroniqueur et billettiste à La Vie Catholique puis au Monde, son talent s’est exercé jusque dans la mise en feuilleton de sa vie familiale. L’admirateur de Rimbaud était aussi le père de cinq filles à qui il n’a cessé d’écrire. Son itinéraire fait écho aux questions que se sont posées nombre de Bretons qui ont eu vingt ans au lendemain de la libération : rester, partir, revenir. Plus que d’autres, il a porté l’appel à vivre et travailler au pays. Un appel romantique et quelquefois désespéré.

« Pourquoi un film sur Xavier Grall ? »

Ariel Nathan, réalisateur

La lecture de Xavier Grall m’a accompagné tout au long des années 70. Des Chroniques de l’Olivier jusqu’à Solo, ce sont ses mots et son style qui m’ont fait aimer la Bretagne comme terre de poésie.

Près de trente ans après sa disparition, j’ai voulu, dans ce film, tenter de comprendre qui il était : un journaliste, un poète mais aussi un mari, un père, un homme travaillé par une recherche mystique et par le désir de voir renaître la Bretagne. J’ai fait appel au témoignage d’Alain Rémond, lui aussi chroniqueur (La croix, Marianne) et romancier qui a été, comme moi, marqué par la force de son écriture. Ce film doit beaucoup à la participation de ses filles et de Françoise, sa femme. Elles y évoquent la part intime du père et du mari. J’en suis persuadé, l’homme qui considérait la poésie comme une arme et qui écrivait « on ne nait pas Breton, on le devient» n’a pas fini de nous accompagner. 

Diffusion: « Xavier Grall, lettres à mes filles », samedi 30 janvier 2010 à 15h25 sur France 3 Bretagne et France 3 Pays de la Loire. A voir et à revoir sur france3.fr

Affiche ton Esprit Breton avec style et personnalité !
www.stered.eu

Articles similaires :

  3 comments for “Xavier Grall, lettres à mes filles

  1. Jérôme le Bris
    29 janvier 2010 at 12 h 42 min

    Je suis heureux que vous parliez de Grall dans ce blog, il est en effet malheureusement insuffisamment connu et reconnu, et je suis sur qu’il aurait aimé et encouragé la démarche de Stered.
    Ses poèmes si touchants sont de vrais bijoux et je rejoints sa vision poétique d’une Bretagne à construire…

    « Nous te ferons, Bretagne
    avec des mots drus comme les grêles
    avec des mots tranchants comme les faux » – Xavier Grall

  2. GG
    10 février 2010 at 20 h 46 min

    Avec du recul ce que je préfère chez Xavier GRALL ce sont ses chroniques fines et magnifiquement ciselées , ses articles .Sa poésie est d’un style surranné voire lourdingue .Ses pamphlets ont mal vieilli.Il a reproché à HELIAS son passéisme alors que sa vision de la Bretagne était complètement déconnectée de la réalité .
    Je note aussi la propension qu’il avait à se faire prendre en photo avec ses airs de poète maudit.

  3. Jean Michel
    23 mars 2010 at 1 h 10 min

    Perso j’adore Xavier Grall, concernant ses poses de poète maudit je suis d’accord avec GG mais bon, ça collait à la vision de la Bretagne qu’il souhaitait mettre en exergue.
    Une vision que je partage: belle, insoumise, poétique, romantique, celle d’une Bretagne qu’il nous reste à construire…

Comments are closed.

FERMER
CLOSE